La loi de la similitude

 

Dans les temps d'Hahnemann, l'idée d'un traitement basant sur le principe de similitude n'était pas nouvelle - elle était même évoquée dans les écrits d'Hippocrates - seulement personne n'avait pris le temps, jusque-là, d'approfondir cette thèse.

Ainsi Hahnemann formula le principe "similia similibus curentur" - le semblable guérit le semblable.

En d'autres termes ceci correpond à l'idée de ne pas utiliser d'eau très froide pour refroidir une brûlure, mais plutôt de l'eau tiède. Certaines de ces idées, confirmées par les résultats scientifiques, sont aussi utilisées par la médecine conventionnelle.

La loi de la plus petite dose

 

Le but serait de guérir avec des moyens aussi doux et inoffensifs que possible. Sur cette base le dosage du remède homéopathique est choisi aussi bas que possible, mais aussi élevé que nécessaire.

Le remède est déterminé individuellement sur la base d'une anamnèse complète, et si indiqué, d'un examen physique. Il n'est pas seulement choisi en fonction de la maladie à traiter, mais dépend aussi des prédispositions génétiques, du caractère et de la situation de vie de l'individu en question. Ainsi l'homéopathie n'est pas un traitement qui cherche à combattre un tel symptôme ou une telle maladie, mais il s'agit une thérapie globale et individuelle qui vise à soigner ainsi qu'à renforcer l'être humain dans sa globalité.

Déjà dans les temps d'Hahnemann, l'homéopathie était vivement discutée ce qui a provoqué une division et l'apparition de différents courants. D'une part l'espoir était de trouver une forme d'homéopathie qui permettrait des prescriptions plus simples que de devoir chercher un remède pour chaque patient indivuellement. D'autre part il existait le souhait d'approcher le concept homéopathique des sciences naturelles en évitant par exemple des dilutions et dynamisations trop fortes. Ces différents courants se sont multipliés jusqu'à ce jour. L'homéopathie classique selon Hahnemann, qui se base sur une anamnèse et la prescription d'un seul remède, est nommée "homéopathie uniciste". D'autres courants sont par exemple l'homéopathie complexiste, l'homéopathie par dilutions basses ou l'isopathie.